Photo © Patrick PIRO - Accueil du site
 
Lyon, samedi 9 mai 2009
» Un avenir pour les Guarani » Les droits de l’Homme » La mécanisation menace les travailleurs

Aujourd’hui, si l’on peut espérer que la mécanisation mettra un terme aux abus dont les Guarani sont victimes dans leur travail, et notamment au travail esclave dans les plantations, tout porte à croire qu’ils seront à nouveau les laissés pour compte de l’expansion de l’éthanol.

Les Guarani occupaient originellement 8 Mha de forêts dans le Mato Grosso do Sul actuel. Expulsés par les planteurs de soja et les éleveurs de bétail, les 42 000 Guarani restants vivent aujourd’hui dans des campements surpeuplés, dans lesquels sévissent la malnutrition, la misère, l’alcoolisme et la violence. « On leur a volé leurs terres, on a détruit leurs ressources naturelles et on les a confinés dans des camps pour les intégrer de force au monde du sous-emploi » explique André Campos, du Conseil indigène missionnaire (CIMI), une organisation qui œuvre pour la défense des droits des peuples indigènes au Brésil. Le travail hors du village a généré insécurité et violence et l’économie indigène s’en est retrouvée totalement déstructurée, la production d’aliments étant gravement affectée, et la population étant tombée dans une totale dépendance vis-à-vis de l’assistance publique du gouvernement.

C’est dans ce contexte économique et social, que la société Louis Dreyfus Commodities Bioenegia a décidé en 2007, d’acheter des usines et d’installer un nouveau complexe sucre-éthanol, qui a été inauguré en août dernier, dans le Mato Grosso do Sul. D’après la multinationale, toutes les activités de récolte de la canne y seront entièrement mécanisées. Une politique qui devrait en outre être suivie dans les autres usines de l’entreprise, six en tout , en service dans cet Etat. Au total, ce sont 10 000 à 12 000 emplois qui seront supprimés par la mécanisation dans cet Etat, dans lequel Dreyfus est le premier employeur du secteur. Qu’est-ce qui arrivera alors ? Quelles seront les conséquences pour les milliers de familles qui se retrouveront sans travail ?

Pour le CIMI, en tant que premier employeur du Mato Grosso do Sul, et deuxième plus gros producteur d’éthanol et de sucre du pays, la société Louis Dreyfus ne peut ignorer les conséquences économiques et sociales qu’aura la mécanisation sur les populations Guarani de l’Etat. Celle-ci a fait et va continuer à faire d’énormes bénéfices en investissant dans une industrie qui depuis des années s’est développée au prix d’énormes préjudices pour les populations indigènes locales. Aujourd’hui, si l’on peut espérer que la mécanisation mettra un terme aux abus dont les Guarani sont victimes dans leur travail, et notamment au travail esclave dans les plantations, tout porte à croire qu’ils seront à nouveau les laissés pour compte de l’expansion de l’éthanol.

C’est pourquoi le CIMI en appelle aujourd’hui à votre solidarité, en vous demandant d’écrire à Robert Louis Dreyfus, pour l’exhorter à prendre en compte le sort des travailleurs Guarani dans le Mato Grosso do Sul, en indemnisant d’une part les travailleurs qui vont se retrouver sans emploi, et en accompagnant le processus de mécanisation d’un soutien à des programmes de formation permettant aux travailleurs de se reconvertir, en lien avec les acteurs de la société civile locale.

Inséré par: Olivier GENEVIEVE
Imprimer   Envoyer à un(e) ami(e)
Menace à l’intégrité physique des indiens Guarani
Le 16 décembre 2005, une communauté guarani-kaiowá de l’État du Mato Grosso do Sul a été violemment expulsée de ses terres ancestrales par la police fédérale, qui a agit avec le soutien tacite des propriétaires terriens locaux. Les Guaranis-Kaiowás ont été contraints d’établir un campement sur le bord (...)
Protection insuffisante des travailleurs indigènes
Au cours des dernières années, des inspections du ministère du Travail et de l’Emploi ont révélé des violations persistantes des droits des travailleurs chez les ouvriers du secteur sucrier et de l’éthanol, notamment des irrégularités concernant la signature des contrats de travail et les conditions de (...)
La convention 169
La Convention 169 relative aux droits des peuples indigènes et tribaux dans les pays indépendants a été adoptée en 1989 par l’Organisation Internationale du Travail, une agence des Nations-Unies. Elle reconnaît un ensemble de droits fondamentaux essentiels à la survie des peuples indigènes, notamment (...)

Campagne européenne pour le droit des guaranis
La terre des hommes rouges

Prix du Jury au 5ème AMAZONAS FILM FESTIVAL

Avec le soutien de la FDHT

Fondation des droits de l’Homme au travail